La science évolue, le sport aussi !

Que penser de l'idée "Ne faîtes plus des Crunchs!"

Si il y a bien un sujet controversé dans le milieu de la forme et de la santé c’est bien celui-ci. Il n’est pas rare d’entendre, aussi bien de la bouche des moniteurs de salle que de celle des clients eux-mêmes, que faire ces exercices est révolu ou bien qu’il ne faut plus les faire que de cette manière etc.

Synopsis

11Durant des années et jusqu’il y a encore environ 10 ans, les exercices permettant de renforcer les muscles de la sangle abdominale étaient réalisés de la manière la plus classique qui soit, en provoquant un rapprochement du pubis vers le sternum et/ou vice versa. En effet, l’un des plus grands faisceaux de la musculature des abdominaux (le plus superficiel) étant le grand droit (se référer à la rubrique « anatomie abdominale ») et celui-ci s’attachant entre les deux extrémités précédentes, il est logique de comprendre qu’il suffit de réaliser des mouvements en contractant les fibres de celui-ci et de cette manière de provoquer une fermeture du buste. Cette façon de faire était la plus rependue pour deux raisons. D’une part la méconnaissance de l’anatomie abdominale et d’autre part, l’objectif de la plus part des adeptes de salles de Fitness à savoir l’apparition des fameuses « plaquettes de chocolat ».

Depuis quelques années, certains spécialistes de la santé (gynécologues et autres médecins) se sont penchés sur les diverses pathologies concernant la région abdominale et plus particulièrement la descente des organes digestifs et autres viscères provoquant, entre autre, incontinence, troubles de la digestion etc. Il en résulte trois causes majeures (décrites plus bas) avec comme remédiassions, entre autre, une rééducation de la sangle abdominale efficace et fonctionnelle.

En effet, en analysant l’anatomie musculaire de l’abdomen, on peut découvrir plusieurs couches musculaires composant la sangle abdominale. Avec comme couche la plus profonde, le transverse (se référer à la rubrique « anatomie abdominale »). C’est la détente de cette couche de muscle qui, à court ou à moyen terme, résulte de la descente des organes décrites plus haut.

Obliques externes Petit Oblique Transversus_abdominis

Trois causes majeures de la détente du transverse:

– Grossesse et/ou accouchement

– Prise de poids et sédentarité

– Mauvaise pratique sportive et plus précisément mauvaise utilisation répétées des abdominaux.

C’est plutôt sur ce dernier point que nous allons nous attarder.

Il est clair que la pratique exclusive d’exercices d’abdominaux cherchant un développement de la couche du muscle superficiel (grand droit) et rien d’autre (pas de renforcement du périnée ou du transverse), sur le long terme a un effet sur la descente des organes (cf « Abdominaux arrêtez le massacre », ) et vous pourrez rencontrer des athlètes avec des abdominaux très marqués voir « bétonnées » mais avec malgré tout, en vue de profile, une sangle poussant vers l’avant (cf culturiste professionnelle*). Dans ce cas il clair que, à force de travail répété dans ce sens, le transverse s’est vu constamment poussé vers l’avant ayant eu pour résultat une détente de ses fibres musculaires et par conséquent entraînant avec lui les viscères vers le bas et vers l’avant.

Par conséquent, la pratique de ce genre d'exercices est-elle à proscrire?

Pourquoi ne pourrions-nous pas envisager un athlète avec chacune des couches des muscles abdominaux renforcés. Un athlète complet, à la fois fort sur ses plans profonds (transverse solide et tendu) et puissant en raccourcissement (dynamique et performant lors de fermeture par ex. : saut carpé en gymnastique ou service en tennis) ?

Le gymnaste n’est-il pas l’exemple parfait de cette union entre la tonicité des muscles abdominaux « profonds » (nécessaire lors de la réalisation de postures d’équilibre imposées lors de certains figures de style) et la force des muscles de la taille faisant partie de la couche superficielle présente pour lui permettre de réaliser des fermetures rapides et dynamiques lors des divers sauts?

Il est clair que l’un n’empêche pas forcément l’autre, l’exemple du gymnaste en est la parfaite illustration.

Qui d’autre plus que lui est conscient du gainage, des planches abdominales et autres postures d’équilibre à réaliser lors de ses séries au sol ou aux anneaux et également des sauts « carpés » ou des « équerres » à réaliser sur les anneaux ou les barres parallèles. N’a-t’ il pas un transverse ultra résistant et les abdominaux marqués voir bétonnés? N’est-il pas tout simplement temps d’ouvrir son esprit et de ne pas se laisser guider par une seule voie ?

*Pour les culturistes professionnels, la descente d’organes est due à la surcharge des exercices d’abdominaux en exercices lestésen « hyperpression » mais également à la prise d’anabolisants favorisant l’hypertrophie des organes et autres viscères. Ces organes hypertrophiés prenant plus de place, la sangle abdominale aura tendance à se détendre.

Attention - Pas d'oeillière

Il est NECESSAIRE de réaliser sur sa semaine d’entraînement, des exercices dit « posturaux » et de gainage servant à renforcer ou a récupérer un plan profond tonique et protecteur mais la pratique d’exercices dit « traditionnels » de raccourcissement pour les couches de muscles plus superficiels ne sont pas à proscrire. En effet, un bon équilibre sera ainsi amené chez le sportif et celui-ci sera d’autant plus complet. Réaliser des exercices d’abdominaux classiques ne détruira pas son transverse si celui-ci est régulièrement engagé lors des exercices de gainage même lors d’exercices faisant travailler d’autres muscles au départ (pectoraux, dorsaux, ou autre exercices polyarticualires).

Nous irons même plus loin ; si une pratique de la musculation est constamment réalisée avec un gainage permanent (bassin en rétroversion, exercice réalisé en expiration avec un nombril aspiré lors de chaque effort) servant à engager le plan profond des abdominaux, le transverse aura finalement participé durant TOUTE la séance et ne sera plus nécessaire d’être entraîné, voir à peine survolé à la fin de la séance. Dans ce cas une séance de renforcement des abdominaux plus superficiels ne sera pas endomageable pour l’athlète et lui permettra, au contraire, d’être plus complet, avec une sangle abdominale efficace, puissante et fonctionnelle et chez ce sportif, jamais vous n’observerez de descente d’organes alors que les « plaquettes de chocolat » seront bien marquées.roue-abdos

Il est évidemment vivement conseillé de se tenir à jour en matières d’études sur la science du sport (santé, préparation physique, physiologie du sport) MAIS il est surtout judicieux de critiquer une théorie, de la transformer et de l’appliquer sur le terrain en fonction du public ciblé et de ne pas prendre pour argent content les informations absorbées lors de diverses formations.

L’expérience des coachs acquise sur le terrain, les connaissances reçues lors des cursus Universitaires (ou non) en matière d’Education Physique et /ou Kinésithérapie et surtout la pratique régulière du coach lui même lors de ses entraînements personnels doivent permettre à celui-ci d’analyser une théorie, une technique d’entraînement et d’en décider si celle-ci est incorrecte, juste ou partiellement juste et dans ce cas de l’adapter sur le terrain pas rapport au public cible, au matériel à sa disposition ainsi qu’à l’objectif à atteindre.

Public cible

Cependant, il est évident que, en fonction de l’athlète à entraîner (sportif de moyen/haut niveau, amateur, occasionnel voir sédentaire) une technique sera plus à privilégier que l’autre. La plupart des personnes s’entraînant actuellement dans les salles de Fitness-Wellness sont plutôt là pour une remise en forme. L’exemple classique est un client, senior, avec une pratique sportive occasionnelle voir nulle. Ces personnes représentent la majorité de la clientèle des salles de fitness actuelles.

Forcément, La ménagère de 40ans n’aura que faire d’avoir des « plaquettes de chocolat » bétonnées et saillantes, elle aspirera simplement à récupérer une gaine abdominale réduite ainsi qu’une musculature fonctionnelle, lui permettant à la fois d’affronter les efforts de tous les jours ainsi qu’a prévenir les maux de dos, la descente d’organes etc…

Dans ce cas et dans beaucoup d’autres (jeunes filles, adolescent(e)s, hommes/dames séniors, personnes âgées ou clients/patients sujets à diverses pathologies) une gymnastique posturale et une rééducation du plan profond de la sangle abdominale sera évidemment prioritaire et vivement conseillée.

En outre, si un athlète de moyen/haut niveau ne se contente QUE de faire du « postural » ou des exercices de gainage, celui-ci verra ses performances sportives chutées inévitablement.

En effet, le sportif, suivant sa discipline, a besoin de pouvoir réaliser des mouvement de fermeture du buste (service au tennis, saut carpé en natation ou en gymnastique, virage en natation,…) et des exercices lui permettant d’être performant en compétition devront être réalisés. Ceci dit, des exercices de renforcement des muscles plus « profonds » des abdominaux ne devront pas être écartés afin de prévenir tout problème de dos, viscéraux (décrits plus haut) voir afin de ménager l’état de santé de l’athlète lors de l’arrêt de sa carrière.