La science évolue, le sport aussi !

La caféine permet-elle de mieux récupérer?

 

548695461-extreme-terrain-leaning-forward-wiping-sweat

 

Durant les premières heures faisant suite à un exercice, l’organisme présente une forte avidité pour les nutriments, en particulier pour les glucides. C’est la notion de fenêtre métabolique.

Pour stocker les glucides, ce n’est pas efficace de se gaver de pâtes ou de riz à n’importe quel moment de la journée. Il faut plutôt veiller à consommer des céréales, des légumineuses, certains tubercules (pommes de terre et patates douces) et des fruits dans les toutes premières heures qui suivent un effort.

Nous ne répondons pas tous de la même manière à la consommation de caféine

????????????????????????????????????

La consommation simultanée de caféine et de glucides après un exercice semble s’accompagner d’une meilleure restauration des réserves de glycogène que la seule consommation de glucides.

Les raison qui expliquent ce phénomène ne sont pas encore clairement connues mais il semblerait que la caféine :

– Facilite la pénétration du glucose dans les muscles en stimulant la libération d’insuline.
– Favorise l’entrée de glucose dans les cellules en activant les protéines de transport du glucose.
– Augmente l’activité des enzymes impliqués dans le métabolisme des glucides et favorise la conversion du glucose sanguin en glycogène.

Attention à la dose

Consommer de la caféine pour reconstituer ses réserves de glycogène, peut-être, mais quelle dose serait efficace ?

dyn007_original_1387_1100_jpeg_4327_649ea817b68b5f4476a4d091a9a12407Les études scientifiques traitant du sujet ont reconnu à des doses de l’ordre de 8mg par kilo de poids corporel, soit l’équivalent de 5 à 6 tasses de café (prises les unes après les autres). En réalité, tout dépend des individus. Nous ne répondons pas tous de la même manière à la consommation de caféine. Certaines personnes peuvent réagir dès la première tasse de café consommée alors que d’autres, malgré plusieurs prises, ne seront pas plus excités qu’habituellement.
La dose de caféine à consommer reste donc à déterminer en fonction des personnes afin de tirer le maximum de bénéfices t d’éviter les effets secondaires.

Conclusion

La caféine n’est certainement pas l’aliment miracle de la récupération. La fatigue ayant plusieurs origines, le « petit noir » ne les résorbent pas toutes.
Par ailleurs, face aux désagréments engendrés par sa consommation, la caféine ne doit sûrement pas être la règle en contexte de récupération.
Récupérer rapidement et efficacement exige tout d’abord de la patience ! L’organisme possède sa propre capacité de récupération, il faut juste lui laisse le temps, tout simplement.